Toggle navigation
Toggle search

Concert de Natasha St-Pier !

Toute la « petite voie » de Thérèse est vraiment dans cette attention portée à ces petits actes du quotidien. Nous ne serons pas reconnus ni applaudis pour ces petits gestes, ce qui leur donne une valeur plus grande encore, car on les fait simplement par amour.
Natasha St-Pier

Retrouvez l'interview de Natasha St-Pier et venez assister à son concert exceptionnel, samedi 12 octobre 2019 à la cathédrale St André !

Après le succès exceptionnel de son premier album « Thérèse, vivre d’Amour », Natasha St Pier présentera son nouvel album qui reprend les poèmes de Thérèse de Lisieux, « Aimer, c’est tout donner ». Bouleversée par son expérience vécue au travers de ses premiers concerts, la jeune interprète a ainsi découvert le plaisir d’apporter à un public fervent, au delà de l’émotion vécue habituellement lors d’un concert « une profondeur spirituelle qui fait du bien aux gens ». « J’ai envie d’interpréter ces textes avec la même ferveur que celle dans laquelle ils ont été écrits. Chanter ces poèmes, c’est comme chanter les textes qu’une amoureuse a écrit à Celui qu’elle aime ». Ce second album est le fruit de plusieurs rencontres marquantes : les fondateurs du groupe Glorious, Thomas et Benjamin Pouzin, Battista Acquaviva (The Voice), Mario Pelchat, producteur canadien, Lou (The Voice Kids) et enfin Grégory Turpin, à l’origine du premier album. 

Réservez vos places dès à présent en cliquant ici 

 

Interview

« La “petite voie” de Thérèse est la base d’une vie familiale joyeuse et généreuse »

En 2013, vous participiez au projet « Vivre d’amour », autour de textes de sainte Thérèse de Lisieux, lancé par Roberto Ciurleo et Grégory Turpin. Quel a été la genèse de ce nouvel album ?

J’ai eu envie de recommencer une tournée dans les églises mais je ne voulais pas offrir deux fois le même spectacle. Je me suis penchée entre temps sur d’autres poèmes de Thérèse. J’ai rencontré durant cette période le groupe Glorious, fondé par Thomas et Benjamin Pouzin, deux frères, et j’ai eu envie de faire appel à eux. Je me sens à l’aise dans ce registre. Divertir les gens est mon métier, mais le faire en y donnant un sens plus profond m’est aujourd’hui plus agréable.

Pourquoi êtes-vous attachée à la figure de Thérèse de Lisieux ?

Thérèse inspire beaucoup de gens et moi-même je me sens bien avec sa manière de vivre sa foi. Je pense qu’elle correspond aussi à notre monde aujourd’hui qui a besoin de fraternités.

Lorsqu’on écoute les poèmes de Thérèse, on est chacun plus ou moins touché par une phrase, une idée. J’avais envie de faire connaître davantage de textes de Thérèse pour permettre à d’autres personnes de la découvrir et d’être à leur tour touchés par ce message.

Le succès du premier projet (200 000 albums vendus) et de celui-ci, sorti l’an dernier, touchant UN large public vous a-t-il surpris ?

Oui. Mais en même temps, dans notre monde de plus en plus matérialiste, informatisé et déshumanisé, on a besoin de spiritualité. Je ne pense pas que ce soit un hasard si ces albums ont rencontré un public plus large que les seules communautés chrétiennes.

Cette plongée dans la vie et les écrits de sainte Thérèse de Lisieux ont ils marqué votre spiritualité ? Ont ils changé votre rapport à la prière ?

Nos prières restent toujours personnelles, le rapport à Dieu est toujours intime. Ce que Thérèse m’a apporté c’est une capacité à parler de ma foi, de ma spiritualité et de pouvoir la partager avec d’autres autour de moi.
Thérèse nous montre que la spiritualité et la foi ne sont pas forcément quelque chose de compliqué. On peut se sentir proche de Dieu à tout moment, au quotidien. Thérèse sait très bien exprimer la foi dans sa plus grande simplicité. Toute la « petite voie » de Thérèse est vraiment dans cette attention portée à ces petits actes du quotidien. Nous ne serons pas reconnus ni applaudis pour ces petits gestes, ce qui leur donne une valeur plus grande encore, car on les fait simplement par amour.

Avec ce projet, vous avez aussi découvert la famille Martin, dont les parents Zélie et Louis ont été canonisés en 2015...

Oui et l’on découvre une famille très moderne ! La maman, Zélie, travaillait et comme elle faisait vivre beaucoup de familles avec son atelier de dentelles, son mari a cessé son travail pour la soutenir. Devenu veuf très tôt, il s’est vite consacré à l’éducation de ses enfants ce qui n’était pas commun à l’époque. C’est surtout une famille qui a vécu dans le don de soi et qui est, je pense, une source d’inspiration possible pour les familles d’aujourd’hui.
Votre venue à Bordeaux s’inscrit dans un Festival des familles, quel message Thérèse peut-ELLE transmettre aux familles en 2019 ?
Elle n’a pas d’autre message que celui d’aimer, et d’être présent aux autres dans ces gestes d’amour du quotidien. Cette « petite voie » est la base d’une vie heureuse, épanouie et généreuse pour toutes les familles.

Faut-il avoir la foi ou connaître la vie de Thérèse de Lisieux pour découvrir votre spectacle ?

Non bien sûr, ce spectacle est ouvert à tout le monde ! Au fil des chansons, je raconte la vie de Thérèse, mais il n’y a aucun pré-requis pour apprécier et entrer dans ce spectacle.

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+